Une question ?





Trouvez votre coopérative forestière

accueil // Qu’est-ce qu’une coopérative forestière ?

Les coopératives forestières
EN FRANCE

Qu’est-ce
qu’une
coopérative
forestière ?

Une coopérative forestière est une entreprise créée et dirigée par des propriétaires forestiers privés. Elle regroupe de des propriétaires forestiers appelés des sylviculteurs, qui mettent leurs moyens en commun dans cette entreprise de type coopératif.

L’objectif de cette entreprise de type coopératif est d’optimiser et d’améliorer la gestion et la valeur des forêts de ses adhérents.

Une coopérative forestière a pour mission d’approvisionner les industries du pays avec les produits bois issus des forêts de ses coopérateurs qui sont gérées durablement.

Comment les coopératives forestières fonctionnent-elles ?

En forêt, les organisations coopératives permettent :

  1. Un regroupement technique
  2. Une gouvernance territoriale et démocratique
  3. Une structuration et un poids économique.

Un
regroupement
technique

Le regroupement des moyens techniques et humains permet aux coopératives forestières de partager les coûts et donc d’abaisser le coût unitaire d’intervention.

Cette compétitivité est primordiale devant le morcellement foncier de la forêt privée française et devant la conduite culturale de peuplements épars.

La mise en commun des intérêts et des besoins des coopératives forestières et des propriétaires forestiers adhérents, permet en outre de regrouper des demandes en services et produits et, sur un modèle de centrale d’achat permet d’obtenir des réductions sur ces produits et services.

Par exemple, pour répondre à l’accroissement des contraintes environnementales, la plupart des coopératives se sont dotées d’une certification de groupe de gestion durable des forêts de leurs adhérents : PEFC.

Cette certification forestière mise en œuvre à travers le Groupe Coopération Forestière, garantit aux producteurs de tenir et de tracer leurs engagements

La mutualisation des moyens permet également de constituer un groupe d’acteurs sylviculteurs en capacité d’investir sur l’avenir et obtenir des gains de compétitivité en réalisant des travaux de recherche, de développement et d’innovation (RDI).

Une
gouvernance
territoriale et
démocratique

Les entreprises de type coopératif se caractérisent par un lien étroit avec les territoires sur lesquelles elles sont établies.

Chaque coopérative forestière intervient sur un territoire d’agrément attribué par le Haut-Conseil à la Coopération Agricole (HCCA), pour intervenir dans les massifs forestiers partout en France.

Les coopératives forestières sont organisées selon des assemblées de section.

Face au morcellement des parcelles forestières et des divisions de patrimoine, les coopératives organisent le rassemblement des propriétés forestières pour en optimiser la gestion durable. C’est ce rassemblement des parcelles forestières qui prime sur l’éparpillement.

Également, en tant que société de personnes (et non de capitaux), les coopératives forestières organisent toutes leurs actions de développement et de ses services, dans l’intérêt de leurs adhérents.

À la fois sociétaires par le capital souscrit, clients et fournisseurs, les sylviculteurs adhérents participent étroitement à la vie de leur coopérative.

Chaque adhérent possède une voix en Assemblée générale, quel que soit le nombre de parts sociales possédées. Cette voix est donc de même valeur pour tous et traduit le système démocratique des coopératives forestières : « un Homme, une voix ».

« 1ère puissance
économique

de la forêt privée
en France »

Enfin, et parce que les propriétaires forestiers sont à la gouvernance de leurs entreprises coopératives, ce type d’organisations offre un équilibre économique, sociétal et écologique dans le quotidien de la vie de l’entreprise, dans les relations internes (salariés, adhérents, réseau des coopératives forestières) et externes (clients, fournisseurs, transporteurs, partenaires, organisations professionnelles, etc.).

Une
structuration
et un poids
économique

En se regroupant, des producteurs se donnent les moyens d’être des interlocuteurs crédibles face à leurs clients, qui sont des entreprises de plus en plus importantes et de plus en plus concentrées, exprimant des demandes de plus en plus massives.

Par leur structuration et leur modèle économique, les coopératives forestières défendent ainsi le pouvoir économique des producteurs forestiers. Elles permettent aux sylviculteurs isolés de trouver des marchés porteurs pour leurs bois.

La coopérative est une courroie de transmission entre des propriétés éparses et des usines concentrées, consommatrices de bois.

Les
coopératives :

Opérateurs économiques
structurants d’une propriété morcelée

La structuration passe non seulement par la massification de la matière mais également par la fluidification des relations entre producteurs de la matière et primo-transformateur.

Il s’agit de normaliser et objectiver la manière de commercialiser les produits et les services en les qualifiant.

Les coopératives forestières entretiennent donc un dialogue constant avec leurs partenaires commerciaux de la première transformation du bois, des scieries, papeteries, fabricants de panneaux et chaufferie bois pour répondre au mieux à leurs besoins.

Les coopératives forestières, à l’instar de l’ONF pour les forêts publiques, exercent cette fonction de gestionnaire des forêts privées françaises et contribuent à la création d’un amont fort qui, avec un aval fort, incarneront une filière forêt-bois forte.

Un propriétaire
forestier en
coopérative
bénéficie DE :

  • L’accès à l’ensemble des services de la coopérative
    (gestion, exploitation, approvisionnement, pépinières…)
  • L’assurance que sa forêt sera gérée de manière responsable et durable
    (travaux sylvicoles de qualité, récolte de bois, reboisement de la parcelle…)
  • La commercialisation de ses bois au meilleur prix, dans l’intérêt de son investissement forestier et pour la pérennité de son patrimoine forestier
  • Les conseils et l’expertises sur son investissement dans les travaux forestiers, le reboisement (choix des essences, travaux, demandes et prix du marché) et dans l’achat ou la vente de forêts
  • 1 interlocuteur proche de chez lui et de sa forêt, d’un expert qui répondra à ses interrogations techniques, juridiques et fiscales
  • La priorité de traitement par la coopérative en cas de crise
  • L’ accès facilité à la certification, notamment avec la certification de groupe PEFC du Groupe Coopération Forestière
  • La mise en place d’un document de gestion durable : plan simple de gestion (PSG) ou règlement type de gestion (RTG)
  • L‘ accompagnement dans l’obtention de soutiens et d’aides, afin de pouvoir bénéficier
  • Des aménagements fiscaux, crédit d’impôt, etc.
  • La gestion facilitée aux démarches légales, et aux obligations interprofessionnelles (CVO), etc.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer